La genèse de l’activisme numérique en France

Avec mon collègue Patrick Pétin, nous venons de publier dans la revue Internet Histories un article en anglais qui retrace la genèse de l’activisme numérique en France.

L’idée est d’apporter quelques éléments d’analyse nouveau à partir d’entretiens réalisés avec des pionniers de la mouvance depuis deux ans, mais aussi de faire connaître à l’international les spécificités de la trajectoire française, alors que l’historiographie reste largement dominée par les acteurs anglo-saxons.

Voici le résumé :

In the mid-1990s, as the Internet underwent a major wave of growth and commodification, it also became increasingly politicised. In this article, we analyse the process that led to the birth of the digital rights movement in France. Based on archival work and interviews with key protagonists of the movement, this article blends historical, sociological and policy analysis to help explain the politicisation of French “Internet pioneers”. It documents the emergence of alternative Internet service providers, their relationship to other activist groups, and to the wider digital economy. It then shows how the same small group of individuals turned to political advocacy by surveying some of their interactions with policy-makers, focusing in particular on the debate on intermediary liability and freedom of expression. We stress that the particular social trajectories of these digital rights activists confronted with the commodification of the Internet and the power practices of the state converged to create a “perfect storm” that led them to wield exceptional influence on Internet policy in this early phase of development. We also highlight some of the movement’s internal contradictions and explain its waning influence from the early 2000s on. Through this article, we hope to help diversify the historiography of digital activism as well as to contribute to comparative-historical approaches.

PGP Key

Ma clé PGP la plus récente.

KEYID: 46140D6D

—–BEGIN PGP PUBLIC KEY BLOCK—–

mQINBFtxjiABEADMdQZvY0ZXXk+WXANjnY4y7YmGozJWzoTsC4JQFT0CToT5B1bm
rshXHlCwCIF52e8aNeEjD53ZSOy8caUOhOVxlKnGK8f4p6pVBuKd7P0Ye/ThxI8d
d29MmjGo1UvyzSkdNkVsSXELRQm/IOUnXld9CVA8n7I/+pQQnJTOpyXHzJMn973+
zdC0aveWki8IU4xValU1VPztPQIQBdPXA9KniulCKSYAnzMVO6sY0GwQDlvXMHuX
Y7GZWo0BItMunWFjoQHdpLBsqjBeuKpF1tgxMtl5WQdL4bZDEMzD0/RVTCXDXv+x
TYU23gZoZPgEX0l3hbRvWDI3lNAu3MUIFgWZYt/juIoVMc3oWZSQ4XlpHMnKqZmb
JQnpAqqCA8d23NCkHdnOhIo1dLMKwBydPLHOES9WkXIwq92GpRcP1cJMOz9DkLDb
XGEvSPY9fXEVPWT4fm42YxYeXPo1S6MrJfCJusSu/GtV8VHln5W3AC/w2pKavecP
e27SJZ08FlkwPTjE70OoaBX2W2PN7v7LOv8ouB6ZbFBWLlXkNLQHL8UlEzJHHFy3
59UXHqZhzknLNxmOjbchiFhW8Qswc0PkGSLcfVYduo3nnKC0bp325osi/amkdkzI
Qf0Uq+YMm+73v8jj1h48TPM1/HHshk1yo+N/E42qfvBFSN/HcZE+1fNJ7QARAQAB
tCdGw6lsaXggVHLDqWd1ZXIgPGZlbGl4LnRyZWd1ZXJAY25ycy5mcj6JAlQEEwEI
AD4WIQTZS+wEKdVI22bb4uTPpR1aRhQNbQUCW3GO0wIbAwUJB4XoAAULCQgHAgYV
CAkKCwIEFgIDAQIeAQIXgAAKCRDPpR1aRhQNbVfzEACGykZnRPrzO1QPpPNDrZcD
f7PsCjAWWpuTFXlhx5zW7QKsGdMse1XjKDGPTUdW9ZJkab3nZSdqAoLTZe+Jvj8v
RZ6LNxmh8nhH5xEjjWp2FIIpkgQ06tsGoOEQA6uqmVpKtbPCZdI40kDjGxoXzC0T
9GETjJMffoA9KB/WQrq2QP5ZVfd2j9VV8CHGhflsf0QvlFAS2mLDnIkUJWq3Ci12
LljaGWJ34W1DtLbUzLy59RLcRcnHQwQPsWumyYqDhG2EqygoViJeiMTndcnKZayG
5+FVyTm5U0v3LP3Bg7sWFdnCXm0kgMMbwN1zG0kaWtzhI0XqN0sAHJL7zZGU9T6c
8YPkRxkOG1qIGnijZRd4CZklDNreMfSYa0NjJoVhkSPF38tbtqGvc2HAMkz0fosj
oj5PXFh2OXhl4k8JIitoYE6jEq4dq/XMbgBX5OQFWFTLAdUUSlUbBE8kQd3vVDlw
uXAyk227YcjFlXNlXK49Z9H1pm2B+/xA0axsaUn1wpMUbaKGiVI7oFK43oyQynjx
oXk8S51SNELEGn2pb3mMkgjm4MyJjRPPKaysVWjRH5fNgCzxhFYFJeno3SrGg8Aa
cMZY1vlQB0MS7TIQeS1AK4qYTuQ8QutBMd9XbzJknVkn3xnyQ0/nObl5HrRgIiEG
HiTUPNzB/xdjeP3kDdm727QtRsOpbGl4IFRyw6lndWVyIDxmZWxpeC50cmVndWVy
QHNjaWVuY2VzcG8uZnI+iQJUBBMBCAA+FiEE2UvsBCnVSNtm2+Lkz6UdWkYUDW0F
AltxjsgCGwMFCQeF6AAFCwkIBwIGFQgJCgsCBBYCAwECHgECF4AACgkQz6UdWkYU
DW3nZA//UZ1EK8QNg2vMwEB/lIZ/P1sUgoFRkjZwEn7YKRKOHpNTXMsLPMMyxvSN
WvSZZ9Kuihmy6hif6AYEFC6quQYsgiIpUoTbE/KPMMR+6Mh8UWNHDbIH1wbf1itv
w/mO7AoSDd/7csD5O/RmAr85ugl008lcMfAOmxLvlRxaC9Yw18fKxRl0I9T7MSdL
9Eb31SzZPmVlakAEY+r3hnP+iS90uZJNKrzYjsZqicbph7WpjvXCdThCR+pFkqbb
1H9mUMaAu85tPlZs2OqCcFDVUZSULRa+0Gf7WMMhSN+z0UdYUcDCikoO2+irjfD6
1gqGtDemddCjtUhoxQyJj+IhRrWOBlVel7FfGcE0VYOoTiCFiGmHojpYbKlgIkc0
qxx2Al0FXpBBzzPDbjZQyz8wvOz0vXdo3E4E+XO9ED5KLeCasmIoXOk0SUT/lwAS
N3QOdcT4pW2nxakPRu/bmRjiu4sTYEnHrBJSQsu8QRV7dcRIPXj0ZptqN5ykRaHV
ZgrgEj2HRrGDI4VoeQmqyKEEUnhooZpQ9E2kdbNFPsDMUpMcHaJw8wkEaoEw+xTD
vZ9QbCiI6L690jS26Rkvh153V8AxieBKADJAavWXKopWjZRV9ydgHW50v8+qLbc7
0zseWxsry5DeoqE9ExTguQSsOiZRFQrjSyqZIinYZ+atPDETQVu0JUbDqWxpeCBU
csOpZ3VlciA8ZnRAbGFxdWFkcmF0dXJlLm5ldD6JAlcEEwEIAEECGwMFCQeF6AAF
CwkIBwIGFQgJCgsCBBYCAwECHgECF4AWIQTZS+wEKdVI22bb4uTPpR1aRhQNbQUC
W3GO1wIZAQAKCRDPpR1aRhQNbfcED/wL5IKwudjyRyo5a2X+Gi9PpaE+S8G3QTcS
LTP3Z1PED0BcLc2igSOrqldb9ehropLOJ06CPZsq0bHbfADMZN8uQwbbzD/SGDCs
udBBTCUYWaAEHBxgxaEXpXB4x0UCm20IukU8qH3yDxkvlHD7GGIatiZ/PHoV/a6N
vjaZgRfYui41gGObNXl6vm7azcjTWWzsUXR91QPs+hQ319ep1GJJmyd/gLeoAjTR
O8Ymmzzp5eqQ5tbIQbHLYoN41PzCHFa5Lo357RHy8HzaPYJOz/U7DeajkIXT++MK
tEQi9jsnNY4SDgHGd2hAZUWDmJBMooImID82FDG76B1nfxTjX0ujbOUW/2T8Ce1C
UA1Nl4AVlIp92QXKdvAUyIRtMQyC60UNeEemR5M64tgkniHvUunXFhQbnPJ35qN/
fsWEuOQ5Qw5qPcFYpa/YK8vJsyA0CdaWj7XBuGN2xM8OMEfv73oKEzrjdEVtH6Xr
ZF4gIpDvnFiIlzVwYmkkHEqSxW1SssD5BRL++9QqyQibaoXh7FuiW7HQszCFWqjz
kpuuT02MiQ6KSiwIPUi5zrVaTkm03TBiT2/M2EYpfCZaMsE1b5jE2vbbGs8SVsgT
pYEymiFEiD37N4TOKZbiH5TMaCB7vL6XisBT+BmG6Rn+DlSO/qQMRNGmyzlIadqi
Ardj1Dhx1rkCDQRbcY4gARAA7uvn+oGlBNu2wLDrGqkDZKLfRiU90oGs7tg/yUxX
w2OtPxFVfVBOC8KEWddLp1xXEpK0wgHLzBK8RD99K4GW6AV3TmQuMjw/TeLMIBSM
cEynUviklq+sos9gGTbgfGsslwCgVrX3ewdqQ7MwMUeWiqv35PLPmBJzCi+d+vqM
DvJYqbnRL6jEn/d65LObmTeOZmb+7opebfVqwInEIHZctEEN3G40hk92FoH9brZS
ej3sm45yBJ57x8gUuvIPX6Wvo93NHmmpioqHb6LTc6C/HLtn7pmN23lbpKq7OL5M
kLGHxmcZJo57hy4m9rnp8ZEXytA9HYJ82Ao2gapO5RlvCkCtH3dC0wEoBlC80t5B
eRvjmEKib41jhLoO45okT78UTyGEKT+AymhYFmLichkzDX+nvA9QpGPPETm1hiZX
E2KMvIzkoS0aY2ScblWVJsID6f82/r6NnsZaCGTECxm6M3WWcUBabqEylSj0dBIB
jeI6dtXQtCMObbKFea4ITv6Pp5yMGM6HbmbGqKOAqy6yUrS9mE+8wSgWlWkacDId
SDWZOsVLcnkZg9+UnouLQLAZsuaa2o0ZQo/4BDVtajX/eD6hHzTlPgmHSnSy/hT2
/BkUrOtJsZ5gGvWiwbNYIWaj8U1YlVCIDSugN3gx5B4kPxVNLRi51T7hJFPcAj9c
MRkAEQEAAYkCPAQYAQgAJhYhBNlL7AQp1UjbZtvi5M+lHVpGFA1tBQJbcY4gAhsM
BQkHhegAAAoJEM+lHVpGFA1tIJYQALxwW5s3GIUrfJFTZ7LKQWQ+tdcH70aiv0Si
fnGRERl8/MDVOYyNaWNQlWApZkSz6To6muzc0h31Rb7PSNEYW4qLRjQQw0zaXN9f
JDDlM+w8AmwjNLeZjtfiTlpJ1/8KsC44qOD3R1NLtDaWNlaLddVRBKRdpQ6kvyBC
bGLhVJUcGwSWYj6C7dfhgxNVfvJCXvHF4CN5CSgYbdmsT9ft0qMB0jlWmXRe1TA4
UP51zVh3UcK1LIPVy0iWG1Q3sd6UVd2SA+IeN8a0YY8Oei1HCTxvisYG8lR9l4eW
jN2fdI5VSqgVnBQgCEUvH3EJ8zjj2aCfp8cMGu6eGseFENjZHPe+zpFZnTutpW6a
IO9sZD+oEWquM4w8jDaIn0mX9iJtVWmVT7hzObA/erDRPAZbhBclkho9Diio3Fw0
R3Jsd8bbSNaL7Z63SlhqRfu4sV3P41pmwP7iZAr9yU2EOpcFZDAsScWHeexUZ4Wp
Zt2mUZVQgWEUlMto2nSAi/Wz+EiPCQ66zoqjfyYYDPFU0doMLOjvPMU9sGNri/PP
EauzPKs0TqmbLW4rn8Thjvh8vAwA4yDmwCi4TjaRMD79E9nqn/pj0dV+RasxXrxc
sg82WAzKOLsynU1b1dvWTeQsBm/vRyAP4AyJQR20HZHDpL0+OR5wy2btKNsXVhYg
MwziQRFx
=Zeqx
—–END PGP PUBLIC KEY BLOCK—–

Directive sur le droit d’auteur : l’affrontement factice des deux têtes du capitalisme informationnel

Tribune partie dans Le Monde Idées du 9 septembre 2018 (pdf).

Un quart de siècle qu’on se repasse ce même mauvais film, celui où les industries culturelles instrumentalisent la loi pour faire la guerre à leur public. En cause cette fois-ci, l’article 13 de la directive sur le droit d’auteur en cours d’examen à Bruxelles, et sur lequel le Parlement européen se prononcera le 12 septembre.

Dans sa rédaction actuelle, cette disposition impose que, dans le cadre d’accords avec les sociétés d’ayants droit (telle la Sacem), les ­plates-formes numériques (YouTube, Facebook et consorts) recourent à des outils de ­filtrage automatisés. Le but ? Repérer les ­contenus ­publiés par les internautes et bloquer ceux ­incluant des œuvres couvertes par le droit d’auteur. Une forme de censure préalable, automatisée et privatisée.

Rien de bien nouveau, donc. En effet, depuis le milieu des années 1990, les industries culturelles (musique, cinéma, édition…) n’ont eu de cesse d’exiger des législateurs et des tribunaux la « collaboration » forcée des fournisseurs ­d’accès à Internet et des hébergeurs pour lutter ­contre l’échange gratuit d’œuvres culturelles sur les réseaux.

L’ACTA rejeté en 2012

A l’époque déjà, ces débats avaient conduit à la mobilisation des associations de défense des droits dans l’environnement numérique. Comme aujourd’hui, ces dernières faisaient valoir que la logique poursuivie était dangereuse, puisqu’elle revenait à confier à des entreprises privées un rôle de surveillance et de censure des communications sur le Net.

Ces débats débouchèrent en Europe sur un compromis instable à travers une directive adoptée en juin 2000, qui semblait donner gain de cause aux militants et aux acteurs de l’économie numérique. Les « intermédiaires techniques » d’Internet, et en particulier les hébergeurs, ne seraient plus inquiétés tant qu’ils ne joueraient pas de rôle actif dans la diffusion des contenus litigieux. Il leur fallait répondre aux demandes judiciaires visant à retirer les publications illicites, mais les Etats ne pourraient pas leur imposer d’« obligation générale de surveillance » des communications pour détecter et empêcher de telles publications.

Depuis, les initiatives visant à imposer des filtres automatiques se sont pourtant multipliées. Et parfois, en France notamment, leurs promoteurs ont eu gain de cause devant les tribunaux. Toutefois, dans deux arrêts importants rendus en 2011 et 2012 au nom de la protection de la liberté de communication et de la vie privée, la Cour de justice de l’Union européenne s’est opposée aux demandes d’une ­société de gestion visant à imposer à un fournisseur d’accès ou à un hébergeur la mise en place de tels filtres. En 2012, le Parlement européen a également rejeté l’Accord commercial anti-contrefaçon (ACTA), qui aurait pu banaliser, à l’échelle mondiale, le recours à ces outils de filtrage.

Surveillance des utilisateurs

Sauf que, entre-temps, l’économie politique d’Internet a été profondément ébranlée par l’apparition d’un nouvel oligopole, composé de quelques firmes presque entièrement consacrées à la régulation algorithmique de l’information. Il y a ainsi plus de dix ans que Google, mis sous pression par les multinationales du divertissement, a déployé au sein de sa filiale YouTube un système de filtrage baptisé Content ID.

En scannant automatiquement l’ensemble des vidéos mises en ligne par les utilisateurs et en les confrontant à une base de données de contenus soumis au droit d’auteur, les algorithmes de Content ID permettent aux ayants droit de bloquer ou de monétiser les vidéos incluant des œuvres dont ils détiennent les droits. Un dispositif que l’article 13 de la directive sur le droit d’auteur cherche à généraliser.

Or, Content ID a conduit à de nombreux cas de censure voyant des ayants droit revendiquer des œuvres qui ne leur appartenaient pas. Il s’avère aussi incapable de respecter les exceptions légales au droit d’auteur ­(citation, parodie…) sur lesquelles se fondent des nouvelles pratiques artistiques (remix, mashups…). Google a donc beau jeu de critiquer l’article 13 au nom de la défense des libertés, en chœur avec d’autres entreprises du numérique qui ont placé la censure privée et la surveillance des utilisateurs au cœur de leurs modèles économiques.

Incapables de repenser les politiques culturelles

A l’hypocrisie des géants du numérique ­répond celle des industries culturelles. Trop occupées à défendre une vision « propriétariste » du droit d’auteur et à réprimer le partage d’œuvres sur les réseaux peer to peer (« de pair à pair »), elles se montrent incapables de repenser les politiques culturelles à l’ère numérique. Résultat : elles en sont aujourd’hui réduites à négocier piteusement avec les grandes entreprises de technologie qui, profitant de leur incurie, ont raflé la mise.

Car c’est bien ce qui se joue actuellement avec la directive sur le droit d’auteur : l’affrontement des deux têtes de l’hydre du capitalisme ­informationnel. Industries culturelles versus ­plates-formes numériques, qui veulent chacune se ménager le maximum de marge de manœuvre dans leur négociation d’une forme de « licence globale » privatisée, laquelle viendra renforcer leurs positions oligopolistiques au détriment tant du public que des artistes.

Que faire pour sortir de ce cycle délétère ? D’abord, rejeter l’article 13 et le monde qu’il représente, celui où l’espace public et la liberté d’expression sont soumis aux décisions d’algorithmes opaques. Si le Parlement européen tient encore à inscrire l’Union européenne dans la tradition de l’Etat de droit, il réaffirmera la position qui est la sienne depuis près de vingt ans et le rejettera.

Et après ? On voudrait croire, comme nous l’avions cru en 2012 avec le rejet de l’ACTA, qu’une telle décision marquera le début d’une refondation des politiques culturelles et ­numériques. Mais, en dépit de quelques signes encourageants de l’UE pour contrer la dominance des Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft), il y a fort à parier que les Etats continueront de composer avec les ­nouveaux seigneurs de l’espace public… D’où l’importance de cultiver des espaces de résistance renouant avec le projet de faire d’Internet une bibliothèque universelle, envers et contre le droit si nécessaire.