La Démocratie Internet

 

Pour inaugurer la publication de fiches de lecture sur ce blog: Dominique Cardon, 2010, La Démocratie Internet: Promesses et limites, Seuil

Il s’agit d’un ouvrage de synthèse qui a déjà pas mal fait parler de lui… En voici un résumé.

Histoire politique d’Internet

Dominique Cardon montre que, « plus qu’un média de communication et d’information, Internet est une forme politique à part entière ». Une forme politique d’abord due à l’histoire d’Internet, technologie que l’auteur estime née de la contre-culture américaine (il se fonde ici sur les travaux de Fred Turner). Il passe donc en revue les utopies fondatrices d’Internet, fondées sur le partage de la connaissance, les communautés virtuelles, l’anonymat.

Au regard de cette histoire, le livre de Cardon a le mérite de montrer la manière dont Internet doit aujourd’hui négocier le virage de la massification sans compromettre les idéaux fondateurs.

Un nouvel espace public

Dans le second chapitre, le livre décrit l’élargissement de la sphère publique à de nouveaux participants. Il constate d’abord que, avec Internet, certaines choses visibles ne sont pas pour autant publiques. Les deux notions sont découplées. Ce retournement est historique, car « c’est en augmentant la visibilité au sein des sociétés qu’une démocratisation de la parole et de la critique a été possible », conséquence de la disparition des gate-keepers (p. 36).

En effet, le filtrage de l’information se fait désormais a posteriori et non a priori comme dans les médias traditionnels, du fait des logiques de tri et de hiérarchisation décentralisés qui ont cours sur Internet. La subjectivité fait également sont entrée massive dans l’espace public, avec l’apparition de blogs, d’espaces de commentaires, ouverts à un dialogue succinct entre internautes.

Cardon dresse ensuite une typologie de l’espace public: de l’espace public habermassien du XIXè siècle, dominé par un nombre restreint de professionnels et de personnalités publiques. Les médias de masse à l’ère industrielle ont aussi fait la place aux « quidams », sous une forme souvent caricaturale, ou dénaturée par le prisme du voyeurisme marchand de la télé-réalité. Avec Internet, on observe non seulement des espaces de débats publics ouverts à tous, et toute une sphère d’échanges visibles mais de nature privée, ou conversationnels, qui ne se destinent pas à une audience large et ne sont pas pensés comme une participation clairement assumée au débat public.

L’information publique et la conversation dans le même espace social

La massification de l’usage Internet a grossi les rangs de ceux qui s’en servent comme un outil interpersonnel, tout en cherchant à s’exposer publiquement auprès de leur réseau social. De là, un développement important de l’usage d’Internet comme un outil de conversation, sur des services comme Facebook, MySpace, et autres réseaux sociaux en ligne. Internet devient ainsi un lieu de prédilection pour le développement de la sociabilité des individus qui discutent, s’organisent, partagent des informations, des vidéos et autres contenus. Le web est aussi sphère où se construit de manière la plus poussée l’« identité numérique » (« projet réflexif de fabrication de soi », p. 60), dont la mise en scène est sublimée par l’usage des technologies. Pour Cardon, « le web social a permis de démocratiser l’autoconstruction narrative en l’inscrivant dans les pratiques de la vie ordinaire. Il permet d’abord aux internautes les moins dotés en capital culturel de se mettre en scène sous des formes beaucoup plus brèves, légères et faciles que la rédaction d’un blog » (p. 59). Ce web « en clair-obscur », espace de sociabilité et de conversation, est aussi organisé autour de communautés bien plus hétérogènes que celles qui se nouent dans l’espace physique, selon les centres d’intérêts des utilisateurs (cf. Flickr, Twitter, etc). Le web en clair-obscur est donc un espace démocratique. L’auteur le dépeint comme « un tissu effiloché de microespaces de débats » qui n’ont « cesse de se nouer, de se défaire et de se déplacer » (p. 70). Il permet la mise en débat de sujets délaissés par les médias traditionnels. De nouveaux modes d’expression apparaissent également avec la culture du remix et du « détournement créatif, ironiques ou contestataires ».

Des mobilisations de masses extrêmement réactives sont rendues possibles, autour d’une cause, d’un projet, d’un leader d’opinion (exemples: élections de 2004 en Espagne, mouvement altermondialiste, bloggeuse de mode thaïlandaise fer de lance du mouvement des chemises rouges en 2006. Rentre également dans cette catégorie la réplique des Anonymous contre les ennemis de WikiLeaks). En ce sens, on pourrait aller plus loin, et dire qu’Internet est aussi une technologie désormais au fondement de la liberté d’association. Le fonctionnement des communautés sur Internet fait que le public n’est plus une masse informe comme sous l’empire des mass medias, mais devient une agrégation de publics pluriels (p. 72), capables d’interagir avec les professionnels de l’information. Ces derniers doivent d’ailleurs adapter leurs méthodes à ce nouvel espace public, caractérisé par une l’exigence d’authenticité du travail journalistique (pp. 73-76).

Internet comme moyen d’action politique

Cardon décrit Internet comme un laboratoire à l’échelle planétaire d’expériences démocratiques : auto-organisation des citoyens, délibération élargie à de nouveaux publics, mise en place de collectifs transnationaux, socialisation du savoir, etc. Il propose le concept intéressant de « démocratie coopérative », différent de l’idée de « démocratie participative » et plus encore de celle de « démocratie représentative ». La démocratie coopérative est fondée sur des procédures spécifiques à Internet, que l’on retrouvent sur Wikipédia, les licences libres (Creative Commons), où les organismes de la gouvernance d’Internet comme l’IETF.

Elles sont basées sur le présupposé d’égalité (p. 78), qui fait que les participants sont jugés non pas en fonction de leur diplôme ou de leur statut social mais bien davantage en fonction de leurs productions et autres contributions à la communauté. Ces procédures savent cependant profiter des l’apport d’individus faiblement engagés, ce que Clay Shirky a pu désigner comme la force des coopérations faibles en ligne (petit nombre de contributeurs très actifs, grand nombre de contributeurs peu actifs). « Cette fabrication par le bas des collectifs rend difficile et peu efficace la mise en place de dispositifs de consultation en ligne inspirés des logiques de démocratie participative »(p. 83). « La demande de participation de conçoit plus souvent comme une expérimentation qui s’organise autour d’un dispositif permettant d’agir et de coopérer. Beaucoup plus souple et autonome, cette forme de participation ne cherche pas à entrer dans les débats chapeautés par les institutions, mais à organiser des zones d’expertise ou de discussion à côté des institutions, voire contre elles » (cf. le mouvement d’ouverture des données publiques) (p. 84).

Ces procédures démocratiques d’un nouveau genre migrent de la sphère Internet stricto sensus pour faire valoir leur efficacité dans des mouvement politiques à part entière, du GIEC au mouvement altermondialiste, en passant par la proposition de Daniel Cohn-Bendit de refonder l’écologie comme coopérative inspirée par le logiciel libre. Pour Cardon, de telles organisations ont adopté « les formes souples de gouvernance procédurale » issues de l’Internet (p. 88).

 En conclusion, l’auteur observe que la reféodalisation de l’espace public dans la seconde moitié du XIXè siècle analysé par Habermas pourrait également survenir si la hiérarchisation des informations en ligne était amenée à reproduire les logiques marchandes de l’ère industrielle des médias, reléguant au second plan ce qui fait la diversité et donc la richesse démocratique d’Internet (ici, on est tenté de faire le parallèle avec le débat autour de la neutralité du Net et la priorisation de certains types de trafic). Car c’est cette diversité qui permet l’« émancipation des publics » (au pluriel, donc). Internet est l’« instrument de lutte contre l’infantilisation des citoyens dans un régime qui est censé leur confier le pouvoir ». Pour Cardon, Internet incarne ni plus ni moins que « l’avenir de la démocratie » (p.100).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *